J3

Pas de souci pour réveiller les agneaux ce matin, il faut dire que nous devons déposer nos valises à la réception pour qu’elles soient acheminées à la gare où nous prendrons le train ce soir. Petit déjeuner englouti, les agneaux prennent le soleil sur la terrasse. Une magnifique journée nous attend. Nous longeons à pied la rivière Suzhou pour retrouver notre bus. Ce matin nous arrivons parmi les premiers au temple du Bouddha de jade.  Que de changements depuis ma dernière visite. Vous avez peut-être vu les vidéos du spectaculaire déplacement de l’un des pavillons du temple. Le lieu a été agrandi, signe d’une ferveur accrue ?  Les gardiens célestes n’auront plus de secret pour les agneaux, celui de l’est joue des airs de pipa pour honorer Bouddha, ils lui permettent aussi de troubler les esprits des ennemis. Ces gardiens entourent le bouddha rieur reconnaissable à son gros ventre et ses traits chinois, il doit son embonpoint aux critères de beauté de la dynastie de Tang. Celui que nous attendons tous a déménagé lui aussi, d’une salle accessible par un escalier raide, étroit, moquetté, il est relégué au deuxième plan, dans une petite vitrine,  par un autre Bouddha couché qui doit bien faire six fois plus grand. Il s’est fait volé la vedette. Quand nous levons les yeux pour observer les toits en pagode, les tours environnantes nous rappellent que nous sommes bien en centre ville.

Nous repartons sur la place du Peuple pour visiter le musée de l’urbanisme. Il nous permet de situer tout ce que nous avons pu visiter, d’observer l’évolution de Shanghai à travers les siècles.

Les troupes sont très fatiguées ce matin, les traits sont tirés, les visages très pâles. J’espère que les agneaux dormiront cette nuit.

Nous partons déjeuner dans un restaurant classé dans le guide Michelin de Shanghai. C’est là que nous avons la visite d’un autre cassinois de Shanghai, Pierre Puyau. Quel plaisir de le retrouver ! Lin laoshi accompagnait son premier séjour en Chine lorsqu’il était agneau de terminale. Son enthousiasme pour ses études et ses découvertes de la Chine est un bien joli moment de partage.

Nous nous rendons ensuite dans le quartier de Pudong. Nous sommes minuscules au pied des tours de Shanghai, elles nous dominaient depuis notre arrivée, là, elles nous toisent. Direction le 100ème étage. Personnes sensibles au vertige, il faudra prendre sur vous. Le trafic des barges de charbon est intense sur la rivière Huangpu. Même si la vue est en partie brouillée, le spectacle est grandiose. Combien de photos ont rempli les mémoires de nos appareils ?

Il est encore tôt, mais nous allons diner à l’heure du gouter. Je pense qu’Océanne va perdre au moins 4 kilos dans ce séjour. Et pourtant, il faudra probablement attendre au moins pendant 13h le prochain repas.

Nous récupérons nos bagages, Manon retrouve son ami de Shanghai à la gare, dommage que ce garçon nous soit resté étranger.  

Sarah profite du moment d’attente pour réaliser certains des défis. C’est la seule jusque là qui se soit adressée à un ouvrier paysan pour réaliser un défi. Elle va être plus que prête pour son oral de bac.

Nous laissons Hugo avant le contrôle de nos billets, et rejoignons notre train, nos wagons, nos compartiments. Les couchettes molles sont tellement plus moelleuses que nos lits de la veille.  

IMG_2018.JPG